top of page

Les G2istes médaillés aux Élites estivaux

maxresdefault (1).jpg

Le relais 4x100 m hommes en bronze (2011)
 

Du côté d'Albi, c'est un collectif qui va apporter la première médaille nationale élite de l'histoire du G2A. À l'époque où ce relais était encore au programme du plus grand rendez-vous national. Lancé par le jeune Hervé Gaillard, cadet premier année, propulsé par un jeune Ben Bassaw en pleine progression, le relais Angoumoisin est bien lancé ! Béranger Bosse, arrivée cette année-là à Angoulême est le troisième relayeur, alors que Docteur Awouride, qui a laissé un bon souvenir à Angoulême, a conclu ce beau relais. Au bout, une médaille de bronze et un chrono canon de 40.77. Une première médaille nationale, avec le meilleur à venir l'année suivante. Le début de l'âge d'or du sprint angoumoisin.

L'apogée du 4x100 m hommes (2012)

 

 

Si 2011 a été la première, 2012 sera l'année dorée pour ce relais 4x100 m. Avec Docteur Awouride, Henri Laval, Ben Bassaw et Béranger Bosse en dragster de luxe. Un relais qui a fière allure, au moment de se présenter à Angers, pour les championnats de France Élite. Avec un vrai coup à jouer, pour aller encore plus loin que l'année précédente, à Albi. La science du départ, qu'il sait désormais transmettre à ses athlètes, pour Henri Laval et propulser un Ben Bassaw dans un premier sommet de sa carrière (lire plus bas). Avant de transmettre à Béranger Bosse, lui aussi au sommet, qui avait descendu son record personnel à 6.65 sur 60 m. Encore à la conclusion, Docteur Awouride propulse le G2A vers la médaille d'argent. Avec un chrono canon de 40.24, qui reste aujourd'hui le record club. Deuxième derrière Aix-les-Bains d'un Christophe Lemaître en pleine bourre (médaillé de bronze mondial en 2011) et Pierre-Alexis Pessonnaux, pilier du relais Bleu.

Ben Bassaw en argent sur 200 m (2012)

C'est une année 2012 qui fera date dans l'histoire du G2A, avec ces deux médailles nationales, ce qui reste encore inédit aujourd'hui (jusqu'à dimanche on l'espère). En pleine progression et habitué aux finales nationales, Ben Bassaw va franchir un cap invididuel à Angers. Sur le 200 m, il va prendre la 2e place de la course. En s'offrant le scalp d'un Jimmy Vicaut alors en pleine progression, mais battu au millième. Derrière Christophe Lemaitre. Ben en profite alors pour battre son record personnel, avec un joli chrono de 20.58. Minima pour les championnats d'Europe d'Helsinki, où il honorera une sélection individuelle, avec une demi-finale au bout. Un joli parcours qui l'amènera tout simplement aux JO de Londres, dans un rôle de remplaçant sur 4x100 m. Mais il aura participé aux Jeux ! 

Ben Bassaw en argent sur 100 m (2014)

2014 restera l'année faste de Ben Bassaw. Qui va décrocher une nouvelle médaille aux Élites, cette fois-ci sur 100 m. Une nouvelle médaille d'argent sur une distance qu'il affectionne pourtant moins. Il faut dire que rien ne résiste à notre Ben ! Qui vient d'exploser son record personnel sur 200 m, avec ses 20.43. Une semaine après cette performance, il réalise à Reims, un chrono de 10.34 suffisants pour décrocher une 2e place nationale. Une année marquée par une deuxième participation à des championnats d'Europe à Zurich. Avec une nouvelle demi-finale sur 200 m, mais surtout une médaille de bronze au relais 4x100 m. En dernier relayeur, il aura contribué à la moisson historique des Bleus en Suisse. Et celle-ci, personne n'ira le lui chercher.

Ben Bassaw en argent sur 100 m (2017)

Si 2014 est son année faste, jamais Ben Bassaw n'aura été aussi fort qu'en 2017. En quête de minima pour les mondiaux (20.36), il va buter plusieurs fois sur cette marque. La faute à un vent capricieux. Il bat son record personnel en réalisant 20.40 avec un mètre de vent de face (!). Après avoir réalisé 20.45 plus tôt dans la saison. Il est dans une forme de feu. Et les Elites de Marseille confirme cette forme. Deuxième du 100 m derrière Christophe Lemaitre, avec un chrono de 10.37. Le bonheur avant le drame sportif. En séries du 200 m, il est pourtant déconcertant de facilité, dominant sa course en 20.47 ! Malheureusement, il se blesse gravement aux quadriceps en finale. Et pourtant, il sort en tête du virage, devant Christophe Lemaître. Parti pour gagner mais fauché avant la fin. On ne réécrira jamais l'histoire, mais tout laissait à penser qu'il était parti pour réaliser un chrono entre 20.20 et 20.30 et composer son billet pour les mondiaux. Pour lui, Marseille restera un souvenir amer, malgré une nouvelle médaille nationale.

Sokhna Lacoste la première titrée de l'histoire du G2A (400 m, 2020)

Et c'est finalement une toute jeune athlète de 20 ans qui va réussir là où personne n'avait réussi dans l'histoire du G2A. Ramener de l'or aux championnats de France Élite. Sa montée en puissance est constante depuis trois saisons et son premier titre national chez les cadettes. Après un succès de prestige au meeting de Marseille, Sokhna Lacoste a rendez-vous avec l'histoire à Albi, là où tout avait déjà commencé pour le G2A, sur la plus haute scène nationale. Au terme d'une course parfaitement dosée et maitrisée, la clé sur le tour de piste, elle améliore alors son record personnel, pour le porter à 52.47. Et s'offre l'or en devançant une référence comme Amandine Brossier. C'est le début d'une grande aventure qui la mènera aux JO l'année suivante et à une 5e place mondiale avec le relais 4x400 m en 2022. À ce jour, elle reste la plus belle réussite angoumoisine au plus haut niveau mondial. On lui souhaite de vite revenir au top.

Etienne GOURSAUD

Etienne.goursaud@gmail.com

bottom of page